Tariq Ramadan sous le coup d’une plainte pour viol

Selon L’Obs qui a pu consulter le libellé de la plainte pour viol déposée ce jour, vendredi 20 octobre, contre Tariq Ramadan, auprès du parquet de Rouen, Henda Ayari, 40 ans, une ancienne salafiste devenue présidente de l’association Libératrices, affirme publiquement, sans masquer ni son identité ni son visage, avoir été agressée sexuellement par l’islamologue suisse

Résolue à aller « au bout de ce combat quoi qu’il m’en coûte », la jeune femme s’est tournée vers la justice pour faire reconnaître son statut de victime de faits graves – « viol, agression sexuelles, violences volontaires, harcèlement, intimidation » – qui se seraient produits à Paris en 2012, alors que le congrès de l’UOIF battait son plein, ainsi que l’a indiqué son avocat Me Jonas Haddad

L’affaire Weinstein, qui a délié bien des langues et brisé l’omerta ambiante, n’est sans nul doute pas étrangère à ses révélations fracassantes et à sa décision de porter l’affaire devant les tribunaux

“#balancetonporc C’est une décision très difficile, mais j’ai décidé moi aussi qu’il est temps de dénoncer mon agresseur, c’est Tariq Ramadan”, a-t-elle écrit sur Facebook

Et de poursuivre : “J’ai gardé le silence depuis plusieurs années par peur des représailles car en le menaçant de porter plainte pour le viol dont j’ai été victime, il n’avait pas hésité à me menacer et à me dire également qu’on pourrait s’en prendre à mes enfants, j’ai eu peur et j’ai gardé le silence tout ce temps.”

“J’en ai tout de même parlé dans mon livre dans un chapitre entier en changeant son nom, pour ne pas être poursuivie en justice pour diffamation, mais aujourd’hui je ne peux plus garder ce secret trop lourd à porter, il est temps pour moi de dire la vérité.”

L’article de L’Obs précise que dans son ouvrage intitulé “J’ai choisi d’être libre”, paru en 2016, Henda Ayari retraçait son parcours dans la mouvance salafiste, avant de se « détourner de cette idéologie » pour emprunter un autre chemin, en y évoquant longuement un homme surnommé « Zoubeyr ».

“Je le confirme aujourd’hui, le fameux Zoubeyr, c’est bien Tariq Ramadan“, dévoile aujourd’hui Henda Ayari sur Facebook. Elle assure avoir eu d’abord des échanges épistolaires avec ce “prédicateur théologien” pour recueillir auprès de lui “des conseils éthiques et religieux”. Jusqu’au jour où ce dernier l’a agressée

“C’est très dur mais je me sens soulagée, j’ai ressenti le besoin de parler aussi pour toutes les autres victimes, J’espère vraiment que d’autres femmes victimes, comme moi, oseront parler, et dénoncer ce gourou pervers qui utilise la religion pour manipuler les femmes !“, a-t-elle renchéri

FG

Be the first to comment

اترك رد